You are here

Rapport sur la Gouvernance en Afrique V 2018

La gouvernance des ressources naturelles et la mobilisation des recettes publiques pour la transformation structurelle

  • Author: UN, ECA
  • Publication date: July 2019
  • Page count: 130
  • Language(s) in this book: French
  • Sales number: 18.II.K.3

Available Formats

$60.00
ISBN: 9789212250731
PDF
$30.00
ISBN: 9789210473385

About the book

L’Afrique est dotée d’une profusion de ressources naturelles diverses, comme des sols et de l’eau pour l’agriculture, des forêts pour la production de bois et de produits forestiers non ligneux, ainsi que des ressources minérales, du pétrole et du gaz. L’exploitation directe de ces ressources domine l’activité économique du continent, mais les avantages ne vont malheureusement qu’à quelques privilégiés. La stratégie la plus répandue consistant à exporter des produits de base sous une forme brute, sans création de valeur ajoutée, a donné des résultats décevants qu’on voit dans une croissance économique ni viable ni solidaire, des améliorations mineures du bien-être de la population ou de faibles niveaux de diversification et de transformation des économies. Ce résultat médiocre sur le plan du développement est le signe des problèmes qui perdurent dans la gouvernance des ressources naturelles. La cinquième édition du Rapport sur la gouvernance en Afrique, intitulée « La gouvernance des ressources naturelles et la mobilisation des recettes publiques pour la transformation structurelle », s’appuie sur les thèmes et recommandations des précédentes éditions. Elle examine les efforts visant à améliorer la gouvernance des abondantes ressources naturelles de l’Afrique, en mettant l’accent sur la nécessité de renforcer les institutions et les cadres de gouvernance pour l’amélioration de la mobilisation des recettes intérieures, la promotion de la diversification économique et, à terme, la transformation structurelle. Le rapport utilise une combinaison de sources de données primaires et secondaires, notamment des preuves empiriques tirées de huit études de cas de pays répartis sur tout le continent (Botswana, Cameroun, Côte d’Ivoire, Égypte, Madagascar, Nigéria, Ouganda et République-Unie de Tanzanie). Il aborde quatre grandes questions : i) l’incapacité des pays africains riches en ressources à transformer leur économie ; ii) les institutions chargées d’améliorer l’impact des ressources naturelles africaines sur le développement ; iii) la planification du développement et les résultats des politiques africaines ; et iv) l’augmentation des recettes intérieures en Afrique. Le rapport présente un certain nombre de messages clés et de recommandations de politiques destinés à contribuer aux efforts en cours visant à renforcer le secteur des ressources naturelles en tant que partie prenante et catalyseur du développement sur le continent.